°°°K@ro’Online Sunday Morning Sound #34°°°

Chambre en Provence

« Le TGV N° 7345 en direction d’Avignon gare TGV entrera en gare voie E, veuillez vous éloigner du quai ». Samedi 13 juin 11h30 me voilà confortablement installée dans le train direction ma première semaine de vacances depuis 9 mois !

9 mois… intenses, inquiétants, passionnants, fatiguants, plein de rebondissements.

J’ai repris des études entre septembre et janvier, 3mois et demi de cours comme quand j’étais gamine, 9h-17h tous les jours, puis boulot à la maison on révise 18h-21h , les week ends, on met en pratique ce que l’on a appris, on ne décroche plus, 24/24 …Janvier me voilà partie en stage pour 6 mois, 9H30-17H30 dans un bureau a me dépatouiller toute seule au milieu d’un environnement peu collaboratif sur mon travail de Community Manager. Personne ne comprend réellement ce que je fais, personne ne prend ce travail au sérieux. Mes employeurs ont adhéré à ce stage par ce que leurs investisseurs leur ont dit qu’il fallait développer leur visibilité au travers des réseaux sociaux, mais eux n’ont qu’une chose en tête le SEO et le ROI, et même si cette visibilité déployée concours largement à cette visibilité, il semblerait qu’ils n’arrivent pas à comprendre en quoi faire « joujou » sur Facebook, Twitter et un blog peut les aider à faire du chiffre. Je m’essouffle seule avec mes créations de posts, de visuels, de jeux concours et de stratégie social média. Heureusement peu à peu l’engagement commence à se voir, mais je me mets à douter de moi, de mes choix, de cette reconversion professionnelle que j’ai entreprise et qui me semble vers le mois de mars avoir été une mauvaise idée.

Chaque recherche de clients ou de poste me mène irrémédiablement vers une proposition de stage ou un poste où 2 ans d’expérience en agence sont demandés, chaque proposition de poste est invariablement prise d’assault par les digital native qui eux pour beaucoup n’ont pas fait d’études pour ce job, mais en revanche sont tombé dedans petits. Chaque poste offre un salaire équivalent à mes premiers boulots il y a 20 ans et sans rapport avec mes besoins d’aujourd’hui et l’investissement que demande ce travail.

Je suis toujours à ce moment là accrochée 24/24 à mon ordi entre stage et travail personnel, apprentissage de nouveaux outils, veille, création de visuels , blog et formation personnelle . Je suis fatiguée, déprimée, et je n’ai pas vraiment foi en l’avenir. Heureusement, entre temps j’ai pris la gestion d’un compte en bénévole et lui s’envole sous mes publications et visuels. Ce compte me rassure sur mes compétences.

Avril, je me démène, je VEUX vivre de ce métier qui est une passion, je veux pouvoir me développer dans cette direction, putain je mérite d’y arriver, je mérite de trouver un job à la hauteur de mon investissement … Alors au détours de mes recherches, de mon réseautage, arrive la proposition… Je commence le 1er mai J (Oui oui au bureau le 1ER MAI ;-))

Je lâche mon stage, non sans avoir donné des recommandations sur le fait de ne pas lâcher le travail qui a été fait et d’être persévérants car sur les réseaux sociaux il faut du temps pour que les résultats soient visibles sur le chiffre d’affaire… Peine perdue, tout mon travail sera abandonné dans la minute où je pars et les chiffres vont chuter jours après jours …

J’enchaine immédiatement dans mon nouveau travail, et là aussi, même si je sais que ma place est ici, il va falloir me battre pour gagner mes étoiles… Je suis de nouveau face à une génération d’entrepreneurs qui ne capte pas ce qu’est mon travail, qui confond réseaux sociaux et gestion d’un site web, qui à peur d’être « vu », qui n’a pas l’habitude de déléguer, de faire confiance et qui semble vouloir tout vérifier. La grande différence, c’est qu’ils expriment une vraie envie de s’y mettre et que tout est à faire… Un vrai challenge personnel et professionnel enfin ! 1 mois et demi passe, le travail sur les réseaux sociaux n’est pas engagé faute de pouvoir capter la direction pour faire valider ma stratégie sociale média et parce que j’ai été embauchée sur 2 postes à la fois et que le 2ème est plus urgent à leurs yeux que le premier … Force est de constater que le métier de Community Manager à 100% n’est pas pour ma génération, un poste à plein temps et qu’une autre compétence forte est indispensable pour trouver du travail et être rémunéré correctement. A ce stade, ma tête, mon corps sont épuisés, mais j’ai retrouvé l’espoir et la niak:-)

Et enfin… me voilà dans le train en direction d’un havre de paix dans le Gard, au bord d’une piscine, au milieu de la lavande et avec pour compagnons le soleil et le mistral soufflant plus ou moins fort. Pas un bruit si ce n’est les grillons et les oiseaux.

21 juin, 9heures: Je suis étendue au soleil sur la terrasse, mon ordinateur posé sur les genoux, je reprends le train vers Paris dans 5 heures. J’ai déconnecté pour la première fois depuis 9 mois, pas de playlist, pas d’articles, pas de publications professionnelles…

Mais ce matin, reposée, revigorée, hâlée par le soleil, lorsque j’ai posé le pied au sol, j’ai eu l’envie irrémédiable de recommencer et de vous créer une playlist pour cette belle journée de dimanche et qui plus est : Fête de la musique.

Je vous l’offre donc, elle est un peu décousue, comme ces 9 mois qui viennent de passer, mais elle retrace en elle, les urgences, les douceurs, les inquiétudes, les joies, les pleurs, les bonheurs, les caresses, les peurs et l’espoir qu’ont été pour mois ces 9 mois.

« Le TGV n° 2345 en direction de Paris entre en gare d’Avignon Tgv, veuillez vous éloigner du quai » dimanche 21 juin : Une autre aventure commence 😉

Rendez-vous sur Hellocoton !
%d blogueurs aiment cette page :